Qui dit printemps dit souvent grand ménage de printemps. C’est aussi l’occasion de se débarrasser du superflu afin de vivre plus serein-e et d’accueillir de nouvelles énergies.

Notre société de consommation s’étouffe petit à petit (et c’est tant mieux). Le drame écologique nous invite à revoir notre façon de consommer. Il reste cependant dans nos intérieurs beaucoup (trop) de "au cas où". Vous savez, ces choses que nous gardons parfois en 3 exemplaires au cas où les deux autres se détérioreraient ; ou encore ces objets dont nous nous servons une fois tous les… 5 ans... et dont la vocation principale serait plutôt de remplir nos placards plutôt que de nous rendre service.

Avec un intérieur surchargé, nous passons beaucoup de temps à chercher nos affaires (et encore quand nous nous souvenons que nous les avons) et à les ranger… mais outre ces pertes de temps, est-ce que tous ces biens matériels nous rendent vraiment heureu-se-x-s ?

 

Dans la tendance minimaliste, on désencombre. La première étape cruciale c’est le tri. Les deux questions principales à se poser sont :

- est-ce que ça m’est vraiment utile ?

- est-ce que ça me rend heureu-se-x ?

Si ça n’est pas utile et que ça ne vous rend pas heureu-se-x, à quoi bon garder l’objet, l’appareil, le livre, le vêtement, le papier, le meuble... en question ?

 

Après le tri, tous les biens où vous n’avez pas répondu par l’affirmative aux questions précédentes peuvent-être soit :

- recyclés : on valorise les déchets (exemples : tawashi avec de vieux bas ou leggings, pouf avec un pneu, carré potager en parpaings) ou on utilise l’objet pour une utilisation autre que celle à laquelle il était destiné à la base (exemples : skate en étagère, escabeau en porte serviettes)

- jetés : s’ils sont en très mauvais état et qu’ils ne peuvent pas être recyclés

- vendus : s’ils sont en bon état et qu’ils peuvent être utiles à d’autres

- donnés : s’ils ne sont pas en assez bon état ou pas assez utiles pour être vendus

 

Être minimaliste c’est donc moins consommer, pour consommer mieux et mieux vivre au quotidien.

 

Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez également faire appel à un coach en rangement qui non seulement vous aidera à faire le tri, mais qui en plus vous donnera des conseils personnalisés et adaptés à votre mode de vie pour que votre intérieur reste propre et rangé, avec tout à portée de main. Pour les Franc-comtois, je vous présente une coach en rangement dans cet article :

Stéphanie RABOURDIN, Savoir Ranger & Bien-Être, coach experte en rangement et en organisation

 

Je vous lance un petit challenge si le cœur vous en dit : trouvez dans la semaine au moins 15 objets qui ne vous sont plus utiles et ne vous rendent plus heureux, et séparez-vous en de la manière que vous jugerez la plus appropriée pour chacun de ces objets. Vous verrez, c’est beaucoup plus facile qu’il n’y paraît et peut-être même que vous allez retrouver des objets dont vous avez fini par ignorer l’existence. Prêt-e-s à relever ce défi ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Recherche